18 août 2011

Le Coprophile de Thomas Hairmont - Livre étrange et prenant

C'est un drôle de livre que j'ai acheté plus par curiosité que par réelle envie de le lire. Le titre aussi évocateur qu'énigmatique à mes yeux me donnait envie d'en savoir plus sur cette passion inavouable : la merde. Comment pouvait-on se découvrir un intérêt démesuré pour une chose aussi dégoûtante ? Comment cela se manifestait-il ? Pourquoi ?
Avant de commencer la lecture, je ne connaissais rien de ces individus qui aiment le caca comme certains ont du plaisir à dessiner ou à jouer au tennis. Avec ce livre, je me suis donc plongée dans l'univers étrange des coprophiles.




C'est l'histoire d'un étudiant en mathématiques (le narrateur) qui, lassé du tumulte de la vie new-yorkaise, décide de dire adieu à Manhattan, ses bars, sa vie festive, à la prépondérance de la mode et du culte de l'apparence, pour s'installer dans une université de la côte ouest où la recherche est érigée en déesse absolue. Stanford, le temple des génies qui vouent leur vie à une discipline en se privant de leur jeunesse, de leur insouciance, de leur folie.
Notre homme, brillant, est promis à une belle carrière dans le monde des chiffres. Il a jusqu'ici toujours fait preuve de sérieux et de constance en publiant plusieurs articles dans des revues spécialisées, en dévorant les ouvrages de ses maîtres et en se faisant petit à petit un nom dans le milieu des mathématiques. Oui, mais voilà, la dérive le guette, l'effleure et de spécialiste de l'algèbre, il va devenir expert en merde. 
Dans un Palo Alto aseptisé où rien ne traîne sur les trottoirs, où les gens sont aussi prudes que polis et où la normalité est la règle, le narrateur va soudain développer une passion secrète et honteuse pour les excréments. Sa vie va peu à peu se concentrer sur la merde comme celle du junkie tourne autour de la drogue. Au "comment se procurer de la poudre blanche" s'oppose le "que faire avec cette merde", mais dans les deux cas c'est une obsession malsaine qui ronge et isole. 

Ce livre est une succession de scènes répugnantes servies par une écriture vraie et crue qui n'épargne aucun détail. Ame sensible, abstiens-toi ! Tu te demandes sûrement quel est alors l'intérêt d'une telle histoire ? Derrière cette passion se cache une belle critique de notre société : il y a des blacks, des jaunes, des pâles comme des culs, des riches, des pauvres, des beaux, des moches, des cerveaux et des superficiels mais aussi différents que nous soyons, nous sommes tous égaux face à la merde. De l'anus de chacun d'entre nous sort cette substance odorante et foncée qui nous rappelle que nous sommes tous des êtres humains avant d'être africains, latinos, asiatiques, européens, médecins, coiffeurs, avocats ou serveurs. La qualité de l'Homme ne se résume donc pas à sa couleur de peau et encore moins à ce qu'il fait dans la vie mais plutôt à comment il la vit.

Bien que dégoûtée par plusieurs épisodes, je n'ai pu lâcher ce livre : le style précis et intense de son auteur font de ce premier roman une curiosité qui ébranle, suscite la réflexion et ne peut donc laisser indifférent. Qui sommes-nous pour juger les passions des autres ? Qui sommes-nous pour juger les autres, tout simplement ? J'ai froncé les sourcils, j'ai fermé les yeux et laissé échapper des petits "ah !" d'horreur plus d'une fois pendant la lecture mais j'ai dévoré ce livre. Non pas parce que j'avais hâte de le finir mais parce que c'est une oeuvre intéressante, prenante et écrite avec talent. Ce n'est ici que mon humble avis, cependant...

Si tu es une lectrice (un lecteur) ouverte d'esprit et curieuse, ce livre est fait pour toi !

Bonne lecture !

1 commentaire:

  1. Je ne l'ai pas lu, j'avais peur que ce soit horrible et dégoûtant. Je ne sais pas si ça me plairait...

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage sur CCCandCo. :-)