25 novembre 2011

Vivre aux States, y'a du cool et y'a du pas cool...



Mon séjour au pays de l'Oncle Sam s'achève... Après deux ans à parler anglais sans relâche, à manger des burgers sans grand plaisir, à voyager pour en prendre plein les yeux, à se battre pour trouver du jambon sans protéine ajoutée, à rêver de foie gras et de champagne, à apprendre aux autochtones la notion de respect de l'environnement, à déguster des cookies au petit-déjeuner, à jouer à la française stupide qui ne comprend pas l'anglais en cas d'infraction minime (oh ça va hein ! Traverser une route alors qu'une main rouge t'interdit formellement de courir sur le passage pour piéton, c'est pas super grave non plus !)... je rentre en France : Paris, me voici !

Bien que le bonheur qui m'habite soit intense et immense, tourner la page de deux ans à l'étranger n'est pas si facile. 
Certaines choses vont me manquer, d'autres moins...

Parmi les choses que je vais sans doute regretter, il y a :

- les voyages : ce road trip en Californie, ces randonnées en Arizona, ce farniente en Floride, ces balades dans les villes de la côte est... ces expéditions réfléchies et programmées comme ces escapades d'un weekend décidées à la dernière minute.

- les cheesecakes et les cupcakes : oui, je sais, on peut en manger de très bons en France mais on ne m'enlèvera pas l'idée que déguster un cheesecake ou un cupcake aux States, ça a quand même plus de gueule !

- les frozen yogurts : je crois que le concept se répand dans l'hexagone, mais je doute de pouvoir me régaler autant que lors de mes passages à Flavaboom à New York. Ces crèmes onctueuses et ultra fraîches surmontées d'Oreo réduits en miettes et de fruits frais découpés en petits morceaux... toi aussi t'as faim maintenant ? :-)

- ma Toyota Prius : parce qu'elle ne fait de bruit et pollue très peu...

- mon four : gigantesque, de quoi faire cuire en même temps 20 muffins, une quiche, un immense plat de lasagne et 4 beaux filets de poisson.

- mon dressing : pas aussi chic que celui de Carrie, mais grand et pratique pour y fourrer toutes mes robes et mes paires de chaussures.

- les parcs nationaux : à quelques miles de la grande ville, s'étale une vaste étendue de nature où il est agréable de se balader pour rencontrer des serpents, des tortues, des oiseaux et autres bêtes à long poil.

En revanche, il y a des choses qui ne vont pas me manquer :

- le service impeccable toujours et partout : oui, je sais, ça peut paraître surprenant mais moi, un serveur hyper sympa qui remplit mon verre d'eau en permanence, qui sourit, qui me demande si c'est bon et si j'ai besoin de quoi que ce soit, ça m'agace... j'ai rarement envie d'être interrompue quand je dîne, et encore moins pour dire la bouche à moitié pleine "moui, f'est krè bon, merfi !"

- l'hypocrisie ambiante et culturelle : s'il est une chose qu'on ne peut pas me reprocher, c'est de manquer de spontanéité ! Moi mentir, je sais pas faire. Alors quand j'entends "It was SOOOOOOOO NI-CE meeting you!" alors que j'ai parlé 20 secondes à une personne dont je ne me souviens même pas le prénom, ben je comprends pas... j'ai juste envie de lui dire "tu sais, on va certainement jamais se revoir, ce n'est donc pas la peine d'être gentil(lle) avec moi, tu peux même te casser sans me saluer, je ne t'en voudrai pas".

- les grosses voitures : devant la plupart des garages, il y a non pas une, non pas deux, mais bien souvent trois voitures, si possible toutes grosses avec des énormes roues, des pots d'échappement de la taille d'un bidon d'essence et la clim' qui fonctionne quelle que soit la température extérieure.

- les jardins propets : pas de clôture, un gazon homogène, des arbres bien taillés et des parterres de fleurs aux couleurs chatoyantes trahissent l'absence de vie. A quoi ça sert d'avoir un jardin si on peut pas courir dessus, se rouler dedans, creuser des trous, grimper aux arbres et juste s'y amuser sans craindre de ruiner la mise en scène ?

- donner un bras pour bouffer du bon fromage : oui, on peut trouver de bons fromages aux States, à condition de vouloir et pouvoir y mettre le prix. A 10 dollars le petit bout de comté, tu apprends à l'apprécié ton truc gras !

- répéter que le vin rouge ne se boit pas avec des glaçons et que la ratatouille ne contient pas de haricots blancs : oui, les américains pensent connaître la culture française mieux que nous et se permettent de poser le label "France" un peu partout et sans scrupule aucun.

Pour le bonne bouffe, les gens qui râlent, le métro qui pue, le ciel gris, l'été frisquet, l'apéro, les potes et la famille, I'm happy to be back :-)

See you!

7 commentaires:

  1. Ohhhhhhhh Yesssssssss :)
    bon retour parmi nous ma petite Malou fais un bon voyage ^^

    RépondreSupprimer
  2. Très heureuse de ton retour Malou!

    RépondreSupprimer
  3. bon retour alors ! oh moi j'ai habite 1 an en Floride et j'en ai ch--quand je suis rentrée , les States me manquaient tellement. Surtout les voyages je dois dire, j'en ai pris plein les mirettes ! mais notre bonne bouffe me manquait.
    bise

    RépondreSupprimer
  4. Tu auras vécu une superbe expérience. Moi jai hâte de retourner voir mon amie à New York un de ces jours en attendant bon retour chez nous. Bises ma belle

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai que les cheesecakes sont à tomber à New York !

    RépondreSupprimer

Merci de votre passage sur CCCandCo. :-)