Moi

Je ne comprendrai jamais pourquoi mes parents ont décidé de me donner naissance dans une petite bourgade perdue entre deux minuscules villages et de multiples forêts habitées par des sangliers, des araignées et parfois des chasseurs velus, rustres et fatigués.

Au jardinage, j'ai toujours préféré le shopping même si l'idée d'avoir un jour mon potager ne me déplaît pas.

Aux châteaux d'eau, j'ai toujours comparé la fascinante Tour Eiffel même si les réserves du précieux liquide bleu sont sans doute plus importantes qu'une dame dressée sur ses quatre pattes en fer.

Face à la baguette blanche qui durcit vite, j'ai toujours eu envie de déguster un macaron croquant garni d'une crème aux saveurs exotiques sans pour autant passer à côté du morceau de fromage.

Je suis une fille de la campagne à en croire mon acte de naissance, mais mon coeur appartient à la ville, à la grande ville où tout n'est que diversité et possibilité, où Monet côtoie les taggeurs, où l'entrecôte fait de l'oeil au foie gras, où les magasins de fringues bon marché ont pour voisines des enseignes réputées, où la culture se fait en parcourant les rues et avenues tant la richesse historique et architecturale est immense, où les différences d'origines, de couleurs de peau, de religions sont acceptées bien plus qu'ailleurs même si l'intolérance fait des ravages là aussi.

J'aime la ville. J'aime Paris. New-York aussi.

Mais je suis née à la campagne. Et au fond de moi, je sais que j'aime la nature et les petits bourgs paumés au milieu des champs (juste pour un weekend ou les vacances, cependant :-) ) parce qu'ils éveillent en moi de bons souvenirs et me permettent de toujours garder la tête sur les épaules en ne prétendant jamais être une parisienne pur jus qui a la mode dans le sang, le style dans la peau et une certaine attitude dans le mouvement.

Non, je ne suis pas née à Paris.
Non, je ne suis pas aussi fashion que toutes les autres formidables bloggueuses qui traitent ce sujet avec brio et naturel. 
Mais je fais de mon mieux pour partager avec toi mon monde girly relevé d'un peu de culture pour ne pas anéantir des neurones inutilisés.

Bien à toi.